AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2005

6 juin 2005.

3e correction du Rhône en Valais : les plans sont en consultation

Jusqu’à fin octobre 2005, les Valaisans peuvent consulter dans les (...)

Jusqu’à fin octobre 2005, les Valaisans peuvent consulter dans les secrétariats de leurs communes le plan sectoriel de la 3ème correction du Rhône et donner ainsi leur avis en toute connaissance de cause. L’objectif de ces travaux, dont le coût est estimé à un milliard de francs suisses, est de protéger la vallée contre les crues dévastatrices du fleuve.

Ce fleuve est un véritable trait d’union, constatent les autorités cantonales : « les Valaisans sont unis par ce fleuve tumultueux et, pour beaucoup, réunis par le danger qu’il représente aujourd’hui et dont on doit se protéger ». Et cette 3ème correction du tracé du fleuve s’impose : sans elle, « on ne pourrait plus construire dans une partie importante des agglomérations, car le danger y serait trop élevé au vu des expériences faites et des prévisions à long terme. »

Les objectifs et les principes de cette nouvelle correction du Rhône ont été clairement définis en septembre 2000 : il s’agit d’obtenir davantage de sécurité en cas d’inondation, davantage d’espace pour un écoulement naturel du fleuve et une meilleure intégration du fleuve dans le quotidien de la population.

Les ingénieurs ont établi qu’en cas de rupture ou de débordement grave du Rhône, quelque 11’000 hectares de plaine seraient touchés. Les dégâts potentiels pourraient alors se monter à une dizaine de milliards de francs. Dans l’immédiat, il importe de délimiter un « espace Rhône » à respecter le long du fleuve afin d’éviter que de nouvelles constructions rendent impossibles ou trop compliqués les travaux de sécurisation. Cet espace se trouve principalement hors des zones à bâtir et concerne un bon millier d’hectares.

Source : État du Valais, communiqué de presse, 6 juin 2005

Document disponible sur site de l’État du Valais :
Le plan sectoriel de la 3ème correction du Rhône:gérer le territoire face au danger (pdf 4096 ko)

Article précédent dans aqueduc.info :
Le Valais prépare sa 3e correction du Rhône




Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information