Accueil

Clins d’eau



Variations en Lac Majeur

Le Lac Majeur (Lago Maggiore ou Verbano en italien), avec une superficie de 212 km carrés et un volume de 37 km cubes, est - après le Lac de Garde - le deuxième plus grand des lacs du versant sud (...)
Lire la suite

Lochs d’Écosse

En Écosse et en Irlande, le "loch", mot d’origine celte, désigne un lac, voire un estuaire marin. Les images présentées ici se rapportent aux six plus importants lochs d’eau douce (...)
Lire la suite

Sur les traces de l’aqueduc nyonnais

Pendant une année, du 19 mai 2017 au 3 juin 2018, le Musée romain de Nyon (Vaud, Suisse) propose une exposition - Ça coule de source - dédiée aux histoires d’eau de l’antique colonie Julia Equestris et (...)
Lire la suite

Le Pô, du Piémont à l’Adriatique

De par sa longueur (652 kilomètres), son débit (jusqu’à 10’000 m3/s près de Ferrare) et la dimension de son bassin (71 057 km2, soit un quart de la superficie du pays), le Pô est le plus important des (...)
Lire la suite

AQUA - Art for the World

Reflets de l’exposition AQUA - Les artistes contemporains et les enjeux de l’eau. ART for The World, Genève, du 23 mars au 2 juillet 2017. (Images extraites du dossier de presse) Voir la (...)
Lire la suite

Confluence lyonnaise

Au confluent du Rhône et de la Saône, au sud de la Presqu’Île de Lyon (France) Photos aqueduc.info Localiser le confluent sur OpenStreetMap >
Lire la suite

Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information